Un poème composé par jour depuis le 30 mai 2023 et posté quotidiennement… (à lire en remontant d’en bas vers le haut…)

Et sur quoi fonder les critères stables de la beauté réelle ? Et où se trouve cette foutue beauté réelle ? Dans une forme hors tout ? Dans la jonction d’une forme et d’une idée ? Dans l’idée que suggère une forme ?
- Merde, dit Danglard. Je me donne soif.
 
Fred Vargas, Salut et Liberté in Coule la Seine. p. 32.
 
270)
 
Le lendemain matin
Pantok
se lève
courbaturé et couvert de traces
virtuelles sa peau un tympan d’échos
sensuels son coccyx un concentré de bleus
.
faut quand même bosser un peu après une tasse
de cafthé sucré à la crème
il pose donc son coccyx sur
une des bulles qui reste pompée
et dit à sa paume
« allons-y »

 
269)
 
(Salut Rosine
retournons sur nos pieds
« entre parenthèses » pour causer un brin
 
chais même pas
si ce virage K-Bitesque marche bien
ou pas
.
 
faut
tenter des trucs ce printemps des poètes me casse
 
les burnes)
 
268)
 
Mais plus tard
ça 
peut attendre
du pain sur sa planche
y en a soudain il s’émiette
et jouit longuement encore et encore
.
trois heures d’oubli de son petit soi-même
puis il se retrouve sur le cul
une
de ses bulles a crevé
 
 
267)
 
Car ses crédits
ne 
lui ouvrent
droit qu’à une présence
sensio simple contrairement aux riches qui finissent
par ressembler à des hydres
croisées avec la déesse Kali
.
sans parler de leurs pénis leurs clitoris leur tétons
voici une belle motivation pour
bosser plus dur et surtout faire preuve
d’un intérêt hypocrite plus souriant
dans ces réunions ronronnantes sur l’administration des yottabidules
266)
 
Le Niagra© surgit
dans
son corps
qui devient rapidement une érection
tout entière sous les frôlements de dizaines
de mains de lèvres
.
qu’il rend autant qu’il peut la seule frustration
étant le fait de ne 
posséder
que deux mains deux lèvres


265)


Façon plutôt agréable
de
se réveiller
pour une très bonne raison
en plus une douche de cendres chaudes
en suite ouvrons une cannette
de warnog puis attendons
.
 

la suite
qui se démarre tout
tendrement
 

264)

 


Rendez-vous pris pour
27178
il remouille
encore un peu sa peau
puis change de costume préférant
au latex une petite laine
élégante et moulante
.
puis pour
tuer le temps il avale une capsule
de
délice-délire programmée pour résonner dans
sa bite précisément à l’heure du rdv


263)
 
Les crédits
sexuels
donnent droit
aux partouzes interstellaires en sensio
et aussi une bonne dose de Niagra©
(la nouvelle cam polysexuellement bandante
et fluidogène)
.
Pantok
en attendant se sert un vase de vastitas blanc
le vide puis fait revenir son holotar pour
assister à la
fin

262)
 
Et la réunion
se
met à
ronronner comme une réunion réunissant
des esprits dissimilaires motivés par le crédit
(financier et sexuel) point barre
 
.
Pantok hoche régulièrement la tête et puis s’excuse
va au composte allume son holotar pour
l’envoyer à
sa place puis
s’installe au bar avec son remcon


261)
 
Ils se pointent
donc
mal assis
sur leurs bulles d’hexafluorure
chacun son truc enfin selon ses fesses
administratives ou administrées et puis
 
.
 
 
on mâchouille poliment lèche sa soucoupe longuement et puis
« êtresses êtres vivantésses » le gros lard
annonce  « soyez les bienvenu-euses »


260)
 
Les autres arrivent
plutôt
en retard
les cons mais les cons
comme eux ont tous les droits ben
ouais ça c’est
le propre des cons impuissants ayant du pouvoir
.
sa soucoupe repas (un filet de vache marine rosé
des fleurs de banaoana
une
purée de badamier)
refroidissait vite merde
la vapeur rendant ses bulles d’hélium glissantes


259)
 
Pantok se réveille
ouvre
un œil
pour checker les éphémérides : 3125747.97409
ouf juste assez de temps pour prendre
une petite douche sèche
avant ce déjeuner administratif un peu chiant
.
une fois chaudement remouillé il frôle sa paume gauche
pour faire défiler un choix de costumes
du latex pourquoi pas
 
puis s’installe sur quelques bulles d’hélium jaune


258)
 
On va
droit dans un mur
qui était tombé y a peu
 
seule la merde
se répète historiquement on dirait
 
.
tu connais la rêvasserie mal adaptée ? toujours pas répertoriée
dans le DSM-V mais
une candidate pour être
encore une des maladies du siècle
et une explication pour la poésie partons ailleurs demain


257)
 
Une poésie
étriquée parfaite pour convenir
à ce putain de TER merdique
 
et le chant
des écouteurs qui tord l’atmosphère
 
.
juste comme
une vieille prune slovène dans tes boyaux
formant
une synesthésie mauve

 
 
256)
 
Blues gris
bleu de travail noir
bleus aux genoux pourpres et jaunes
 
ciel départ tristesse
soleil joie arriver merde
je lis trop de poésie chinoise ces jours-ci
.
revenons donc
 
à
nos impurs oignons occidentaux


255)
 
(Salut Margaux
ça boume à Brussel ?
sex and drugs and experimental poetry
 
is that all
your brain and body
need ? certes y a pire comme cocktails
.
as-tu essayé ma dernière invention (une VPF ou
vodka pulco flotte) ? étonnant
en fait comme quoi on peut
faire
un cocktail poétique de que dalle)
 

254)
 
On parle
du coup pas mal
de la mort de nos morts
 
ici de chats
écrasés par les bagnoles
que James appelle maintenant ‘les tueuses’
.
mais on parle aussi de gens de nos suicidés
de nos cancéreux de nos victimes d’infarctus
et cetera et
cetera
moment de vidange quoi
 

253)
 
La violence
de la vie campagnarde
reprend ses droits à gueule béante
 
un cane corso
qui arrache un bout
du dos d’un teckel
.
avant d’annoncer la nouvelle à sa propriétaire gaga
je dis à mon ex
y a plein de sang
sur ton pull faudrait
le changer


252)
 
(Bon anniversaire
Simone le sujet exceptionnel
de ce poème du jour adressé
 
pour une fois
(faut pas que ça
devienne trop une habitude)
.
(mais en fait pourquoi pas ?) en tout cas aujourd’hui
je te l’offre
en attendant
un bon couscous en retour
puis roulons chacun une clope pour enfumer l’horizon)

251)
 
Le ciel
gris ciel défile grisement
autour des arbres chauves et mornes
 
alors rebonjour amis
de la poésie chez
vous ça roule ?
.
(wifi à bord ? mes fesses oui la bande passante
ne bande plus apparemment
(mais ça cause et ça cause
devant moi et mes écouteurs marchent plus (situation plutôt
chiante quoi (de la poésie de tout bois))))


250)
 
Le train
démarre sans moi
et devant mon nez fuck alors
 
me condamnant ainsi
à une deuxième soirée
berruyère chic alors
.
mes polyhandicapés
étaient en forme savourant cette
chance de cracher sur la bouffe de la cantine
 
mais surtout sur leurs bilans médicaux inhumains humiliants incompréhensibles


249)
 
La meuf
à côté de moi
vient de lire mon dernier poème
 
va-t-elle lire
celui-ci on verra
chemin faisant
.
 
dans le train donc
pour Bourges et mon groupe de polyhandicapés probablement
les seuls ados
adorables que j’ai jamais rencontrés comme quoi
 

248)
 
La vie
la vraie sans parenthèses
continue à faire chier mais grave
 
à la poésie
et ses amis adieu
 
.
(les parenthèses (comme les adverbes) sont une maladie attrapée
de Monsieur Roubaud (entre autres (Raymond Roussel notamment
traduire Nouvelles Impressions d’Afrique te nique
le cerveau
agréablement syntactiquement viscéralement)))


247)
 
(Chère lectrice
viens un petit moment
entre ces parenthèses regarde avec moi
 
ce beau soleil
ces nuages impressionnistes
ce rose qui se balade doucement vers l’infini
.
ça change un peu non ? ça fait du bien
le temps que ça dure
 
ce romanticisme de rosbif
bien cuit)


246)
 
L’évolution
récente de mon compte
bancaire m’intrigue pas mal beaucoup
 
interroger la banque ?
logique mais risqué
vaut mieux rester dans ce flou artistique invitant
.
le délicieux monde du néant m’entoure m’enlace
dans ses bras d’escort chinoise offerte par le
 
flou artistique
dans lequel j’avance démasqué par la vie physique


245)
 
Ceci dit
ça méritait sûrement pas
son destin de rouget barbet découpé
 
le saint-pierre
céleste reste-il
indemne aux attentions des doigts dodus de Camille ?
.
 
 
en attendant
sur terre le vin est blanc à Amboise
aujourd’hui et l’autofiction de ma vie ronronne


244)
 
Les étrilles
gigotent plus elles nagent
toujours entières parmi ces victimes découpées
 
toi et moi
plaçons les lambeaux
de nos corps sur ce drap épicé
.
 
bon on résistait pas à
la tentation
 
de le citer ce con
 

243)
 
De son
côté Valève puis merde
on s’en fout un peu
 
bref ça traîne
un peu puis
il la coince notre chère Camille
.
 
 
(mais pas avant qu’elle massacre rituellement
l’auteur de Bouillabaise (et tant mieux)
ainsi que deux autres faiseurs de vers de merde)
 

242)
 
Elle sirote
son breuvage et lit
silencieusement bougeant ses lèvres méchamment maquillés
 
la ville du
silence et du
soleil noir grouille habillement
.
son thé est trop sucré ces vers pas assez
elle lève ses yeux vers l’horizon
de la rue
 
ça doit être lui qui arrive


241)
 
Elle se
demande quelques fois si
en réalité elle aime la poésie
 
mais fugitivement seulement
dans la vie
faut s’occuper
.
elle s’assied à la terrasse ensoleillée de Chez Jacques
et commande un thé à la menthe
 
puis avec ses longs doigts dodus elle ouvre
un recueil : Bouillabaise


240)
 
Vite accomplie
cette recherche très vite
car il y en avait pas
 
il faudrait donc
chercher ailleurs oui
mais où ?
.
son maquillage minimaliste mais essentiel dûment achevé Camille sort
pour un rencard important et galant ?
 
on verra bien chez les poètes
on peut se tromper sur toutes les lignes


239)
 
C’est
un tristoune matin parisien
la pluie tombe comme un ivrogne
 
Camille la regarde
refait son mascara
attentivement
.
quant à Valève il va jeter un œil
chez la libraire du quartier
mignonne la libraire derrière ses lunettes plus bandantes
que n’importe quelle image photoshoppée par un aveugle
regardons donc le rayon poésie
 

238)
 
Ou bien
trois fois le même ?
voilà la putain de question alors
 
qui se pose
comment faire donc ?
 
.
le lendemain il les appela l’un
après
l’autre ils sonnent tous dans un vide
 
astral

 
237)
 
Hmmm donc
que faire avec ça ?
un rdv loupé ou plutôt réussi ?
 
un amour éperdu ?
une haine absolue ?
 
.
ses sms ses appels
juste avant le moment fatidique parlent peu
aucune trace d’une maîtresse diabolique
mais parmi ses contacts supprimés par trois fois surgissent
des êtres nommés Camille


236)
 
La poésie
datée peut-elle être
encore plus précise qu’une autopsie ?
 
ça semble être
le cas
ici le poème en question continue ainsi « je t’attends
.
nu seul
sur
mon lit comme un puceau refait à neuf par
la brutalité de ta peau
toi mon ange destructeur »

 
235)
 
Deux heures
après il se réveille
lui et la poésie font deux
 
seul truc intéressant
c’est
la date et l’heure du dernier « poème »
.
ô monde
bellissime
 
adieu


234)
 
On lit
donc une fois imprimé
Valève n’aimant pas les écrans
 
il lit et
il trouve
aucun indice juste un vague sentiment merdique
.
 
surtout ces poèmes
écrits tous les jours
sans intérêt
littéraire ou policier à ses yeux



233)
 
On fouille
donc son phone son laptop
ce premier franchement pas grand-chose
 
de perso mais
plusieurs numéros bloqués
faudra creuser
.
ce dernier bourré de textes de ce que Machin
(appelons-le le Capitaine Valève) suppose constituer
ce qu’on peut appeler « la poésie » décidément
il faut de tout pour faire un monde
maintenant il faudra les lire ?!?

 
232)
 
Alors quoi ?
ou plutôt qui comme
suspect ? un critique littéraire ? rivalité poétique ?
 
non commençons par
une maîtresse rejetée
un amour non partagé
.
oui voilà la piste à favoriser après tout les poètes
ont quelques fans et surtout les meufs
sinon pourquoi devenir poète ? ils gagnent
rien
vivent dans les taudis tout le monde sait ça


231)
 
Le cadavre
était pourri rongé etc.
mais mort de sa belle mort ?
 
sûrement pas vu
les lacérations
profondes et toujours visibles
.
il
appartenait à un jeune monsieur
un dénommé Yannick Lemoine âgé de trente-deux ans
« poète » de son vivant
 


230)
 
Et puis
il mit son bras
autour de ses frêles épaules bleues
 
faut s’habituer
à mon
humour britannique
.
bouclons la scène puis j’appelle la PTS quant
à toi rentre rebois
un coup juste un
pour les scènes gores faut s’habituer aussi
 


229)
 
Voilà donc
la question qui martelait
dans la tête du capitaine Trucmuche
 
t’as foutu
ton ADN
partout merci
.
tu commençais
à me gonfler un peu t’es
cuit maintenant
 
devant le silence de Bidule il gloussa

228)
 
Le cadavre
a été trouvé pourri
et rongé par les vers classiques
 
(essayons du polar
pour changer)
.
le capitaine Machin-Truc gardait la lèvre supérieure rigide
alors que Chose (un gardien bleu) aspergeait le parquet
à gros jets de vomi rosâtre
 
mais pourquoi rosâtre à neuf heures du mat ?
 
 
227)
 
Contemplons ensemble
main dans la main
rose bonbon et légèrement gelée
 
l’avenir de
la
neige qui forme des boules légèrement fondantes et crades
.
le nouveau chaton (André (Derain)) la contemple aussi
comme une catastrophe planétaire qui l’empêche
de chier et de pisser proprement
un principe tout juste acquis
 
 

226)
 
Âme sensible ?
parlons d’autre chose
mais de quoi ? Trump ? l’Ukraine ?
 
la Gaza ? y
a
actuellement environ quarante-cinq boucheries humaines en cours
.
la neige
pourquoi pas elle dégringole et bizarrement réchauffe ce corps
qui
 
fume dehors

 
225)
 
Que dire
sauf qu’il était
bon comme ça ce pauvre coq
 
à la con
pas
sa faute sa nature c’est tout quoi
.
on constate
un manque de tendresse quasi absolu envers les bêtes
chez
 
les (néo)ruraux

 
224)
 
Le coq
chiant finalement (étant jeune)
sera mangé rôti pas au vin
 
si quand même
mais
au verre et pas au pot
.
dans la France plus profonde que ça tu clamses
on respecte l’âge de la bête qu’on bouffe
même quand un rosbif fait
 
la popotte
 

223)
 
Mais heureusement
je suis pas superstitieux
comme les capricornes sont pas astrologiques
 
c’est logique
finalement
humain quoi c’est mieux
.
la rime semble se coller à la poésie comme
le pet chargé à la culotte
y a que regarder le rap putain de merde
qui a vite fait renvoyé
la prosodie au milieu du dix-neuvième siècle


222)
 
Chez moi
on appelle un nombre
à trois chiffres identiques un « Nelson »
 
ça porte malheur
et
pas qu’aux grenouilles / espingouins
.
pour éviter
la cata tes deux
pieds doivent pas toucher le sol simultanément donc je
me
croise les jambes jusqu’à minuit


221)
 
Qui veut
être payé pour dire
que Stephen Hawking ne partouzait jamais ?
 
une question posée
apparemment
par Jeffrey Epstein
.
toi par exemple ? ben dommage c’est trop tard
ça aurait sans doute boucler confortablement
cette fin de mois difficile
plus d’huissiers
plus d’hésitations pénibles entre rosé et Pontarlier
 

220)
 
Encore évité
que les huissiers cherchent
à vider un appart déjà vide
 
cette BA effectuée
contemplons
le ciel
.
alors que dit le rosé de ce matin plus cendré
que les deux hérons qui le traversent ?
il dit que tes cuisses méridionales sont décidément
plutôt exotiques ici où
ça gèle même pas


219)
 
Donne-moi
ta main promenons-nous
là où la gadoue nous amène
 
sport de glisse
traditionnellement
campagnard
.
sinon un peu de silence redescend après la mort
intempestive de ce coq con
qui dort au congélo en attendant un bon coup
de gros rouge
dégueu


218)
 
La sagesse
s’applique plus trop
à mon cas c’est trop
 
tard ou trop
tôt

.
en attendant je scrute le ciel à la recherche
d’une constellation noire septentrionale mais
mes yeux d’origine catholique voient que dalle
rien de plus normal tu me dis verre de Pontarlier
à tes lèvres autochtones


217)
 
Sans attendre
symboliquement le nouvel an
et donc mon anniv surtout pas
 
on y replonge
plouf
 
.
 
ici-même
 
la flotte ne trouve pas son pastis
elle coule mollement sur mes épaules

 
216)
 
Adieu donc
monsieur alter-ego approximatif
requiem aeternam dona eo frigidæ terra
 
puis allez continuons
 
vers des vers comme si quoi comme si
.
de rien n’était le soleil caresse mes bras
mes taches de rousseur ressortent grâce au réchauffement
je vire plus rosé aussi
de carnation j’entends
de carnation ben sûr


215)
 
On croit
tous comme des ados
en son immortalité même les sdf
 
tout le monde
 
se trompe ben sûr surtout les sdf
.
ça caille encore plus que d’hab ce matin
l’un après l’autre ses poumons se décollent
de ses plèvres il râle
 
comme un Français en vacances


214)
 
Ce matin
quelque part d’autre
est le parking d’un Intermarché
 
il fait soif
 
par ici clairement froid mais soif
.
l’alcool sous ses diverses formes coule à flot
donnant l’illusion de chaleur fugitive comme l’amour
à ce qui rodent
 
entre deux sommeils agités


213)
 
Quel goût
ça a un mec
au rosé et à la nicotine ?
 
rien à foutre
 
pas top on peut supposer
.
en tout cas ce sera pas pour tout de suite
il se lève
et la marche continue vers quelque part
d’autre
y a toujours quelque part d’autre


212)
 
En général
la vie reste indifférente
à l’excitation égoïste des enfants
 
indulgente des adultes
 
les oiseaux tournoient comme toujours
.
 
ici
 
les rapaces le survolent en attendant
une fin gastronomique


211)
 
Joyeux fucking
Noël sinon joyeux fucking
tous les fucking jours pourquoi pas
 
on peut rêver
 
sous ce soleil
.
il est aveuglant mais tout doux ce soleil comme
une jeune Ukrainienne qui embrasse
papa Grégoire sur sa bouche suavement
 
catholique

 
210)
 
Tout seul
il reprend la rue
comme un marin prend du rhum
 
comme le rhum
 
prend le marin
.
 
 
la rue divague
doucement décidément vers le premier banc venu
 


209)
 
Non mais
tu finis ton verre
calmement tu souris poliment tu sors
 
c’est fastoche
 
non ?
.
allons maintenant poser son chapeau quelque part de prometteur
puis regardons le monde qui circule
comme ton sang comme des fake news
tout seul
 

208)
 
Grave grave
grave grave et grave
mais fuck it pas si grave
 
que ça merde
 
 
.
le putain du soi-disant mystère de la vie
ronronne encore aucun mystère en fait
ça ronronne la vie ça ronronne
comme un chat
elle est faite pour ça

 
207)
 
Peut-on
simplement oublier l’art
tout d’exécution de la conversation ?
 
très bonne question
 
.
en attendant
la réponse il regarde son verre pour une fois
plutôt
que son contenu qui disparait trop vite qu’il
est mignon grave


206)
 
On cause
maintenant plus du tout
il se réinstalle dans son silence
 
causer pourquoi
faire ben pour que le temps passe il imagine
oui mais le temps ne passe jamais il demeure
.
alors
pourquoi causer en fait
pourquoi chercher à remplir ce flux vide avec
une
voix

 
205)
 
Il cause
(ça faisait un bail)
avec son voisin au zinc et
 
au pastis
(avec son pichet de flotte offert) et il baille
alors qu’un écran plat cause silencieusement
.
on résume en quelques mots répétitifs ce monde foutu
avec ses arabes ses politiciens et ses putes
à cheveux courts maintenant
mais c’est le comble décidément avec tout ce
qu’on entend tout ce qu’on voit


204)
 
Plus loin
un autre café visiblement
pour alcolos plus ou moins marginaux
 
pour parler
poliment il pousse la porte s’installe au zinc
grelote discrètement puis commande un whisky
.
il est dégueulasse comme il le faut du pétrole
une seule gorgée suffit
pour arracher ses tripes
mais sa couleur est plutôt belle aux reflets
zinciques


203)
 
En passant
devant un café tentant
où la radio hurle il apprend
 
qu’il
a encore loupé la finale de Miss France zut
la vie est trop injuste
.
mais apparemment il s’agit d’un squelette ambulant
avec une coiffure de garçonnet tant pis
on peut bien faire feu de tout os
quand ta courte sieste matinale t’a couvert
d’une fine et belle couche de givre croustillant

 
202)
 
Où dormir
alors dans ce pays
morne moite mort oui où dormir
 
où poser
ses fesses tremblantes puis ses jambes engourdies et molles
oui où les poser putain
.
pourquoi
pas
là tout simplement là et nulle part d’autre

où le soleil vient de percer comme une banane

 
201)
 
Ce matin
la fumée de ses
clopes épaissit légèrement cette brume matinale
 
laiteuse ensoleillée
grisâtre et rosée à la fois sur un fond
de rosé bien frappé
.
 
 
son ventre parle tout seul son
deuxième cerveau alors que son premier
se tait
 

200)
 
Se taper
une zone commerciale à
pied est très vivement déconseillé même
 
la nuit
celle-ci semble interminable est d’une laideur illuminée
sans raison
.
mais c’est le passage obligatoire entre l’horreur
de la ville et celle des champs
tout sauf élyséens par ici ils semblent
abandonnés comme
des cadavres verdâtres


199)
 
En regardant
les citadins on voit
qu’ils sont frileux comme tout
 
courant entre
maison bagnole magasin bagnole bureau et cetera en grelotant
comme tout
.
 
 
sans parler de la pluie
quelques gouttes vident la
place
 

198)
 
La vraie
brutalité d’une ville
se réveille avec ses autochtones besogneux
 
ou qui
croient l’être plus trop d’hommes débout comme
autrefois
.
 
ben non
 
tous assis plutôt
dans leurs machines qui tuent
 

 
197)
 
Peut-on
évaluer la vraie humanité
d’une ville par ses bancs publics ?
 
une piste
sérieuse en tout cas qui mérite une réflexion sérieuse
 
.
 
 
il se réveille quelques heures après menton
sur sa poitrine puis
regarde ces étoiles anonymes non-financées par les contribuables

 
196)
 
La ville
la nuit n’est
pas belle du tout non mais
 
n’importe
quoi insupportable ce genre de niaiseries dites poétiques
elle est froide éteinte fermée sur elle-même
.
y a un bon côté évidemment tout est fermé
donc pas de frustrations
 
et puis
les quelques bancs sont vides il s’assoit fume
 
 
195)
 
(Y avait
dans mes pauvres idées
sans rime ni raisin un concept
 
écrire des
trucs prosaïques un peu plats qui voilà échapperaient
à toute attente normale la rime quoi
.
ben merde alors elle revient
me pénètre
 
une bite
non désirée parmi toutes ces bites ignobles qui pendouillent)


194)
 
Putain qu’
il fait froid putain
mais que veux-tu ça suinte
 
le froid
carrément ici ça te pénètre les os les
idées les couilles et tout le tremblement
.
 
mais bon
 
totalement normal
tout ça
 

193)
 
C’est
déjà demain on dirait
alors qu’hier reste introuvable remis
 
aux calendes
multinationales de la conscience collectivement vendue au vide
naturel de l’entropie totale
.
bla et bla et bla ça passe le temps
qui aurait passer de toute façon mais moins vite
comme
disait l’autre
mec déguisé en sdf astral adossé à l’arbre

 
192)
 
Le soleil
se lève on dirait
plus ou presque timidement comme qui
 
une nonne
tiens qui se sait poursuivie par un prêtre
qui se croit hétéro hélas
.
 
 
allez
encore un effort pour rêver
 


191)
 
Cette nuit
la route reste mouillée
un mélange de bruine de sloche
 
avec quelques
restes de neige grise
qui scintillent presque sous les lampadaires
.
et puis le noir intense de la campagne déserte
un silence quasi-total comme on entend
presque
plus jamais brisé parfois
par quelques camions inévitables qui évoquent la mort

 
190)
 
Ce soir
c’est l’heure
du petit déj très petit forcément
 
qui consiste
en un bout de baguette rassis trempé dans
du rosé
.
et puis hop en route encore clope au bec
avec toujours le même doute économique à
savoir
est-ce bien que les roulées s’éteignent
non-stop ?
 

189)
 
Cet aprèm
on se réveille pas
trop pourquoi faire tout compte fait
 
la journée
s’annonce déjà assez longue sans en ajouter
une louche
.
une louche
de quoi finalement
de rien bien sûr autrement dit de ce vide
qui nous entoure vers lequel
on dirige ses pas religieusement même le dimanche

 
188)
 
Ce matin
la neige des pellicules
nettement plus éphémères que d’habitude
 
et surtout
moins sèches il tâte ses épaules trempées tant
pis
.
plus belles
aussi ceci dit la neige transforme
de manière
éphémère tout le monde en morveux mignon



187)
 
Là où
on s’en branle
ce matin est sur un carton
 
la maison
anciennement de boîtes de cassoulet William Saurin
ce qui ouvre heureusement pas du tout son appétit
.
une question se pose néanmoins faut-il ou pas
gaspiller les ressources en chute libre de son briquet
en essayant
de faire du feu de bouts de bois humides
ou bien les garder pour son tabac encore sec


186)
 
Les SDF
vivent du coup nettement
plus vite que toi par exemple
 
qui glandouilles
quelque part de cozy pourquoi pas seule
ou enveloppée par un amour aussi provisoire que toi
.
il fait
noir inévitablement l’heure est venue pour marcher à nouveau
vers
 
on s’en branle


185)
 
Les SDF
ont des domiciles finalement
moins fixes que toi par exemple
 
qui lis
ce texte peut-être au chaud de
ton lit provisoire comme tous les lits
.
marcher a amené ses pieds ici ce beau matin
sur l’herbe mouillée sous un pont
anonyme qui traverse une rivière légèrement triste mais
pas trop il remarche sur ses fesses pour se
mettre à sécher sous ce soleil inespéré


184)
 
Pourquoi marcher
finalement pourquoi ce retour
du nomadisme lié à la pauvreté ?
 
l’expression
‘sans domicile fixe’ est assez curieuse quand
on l’analyse face à face
.
un domicile peut-il être autre chose que provisoire
avant d’arriver à son domicile
définitif dans un cercueil
par exemple ou tiens dans cette belle
urne dans le placard chez ta mamie

183)
 
Minuit passé
c’est le moment
pour partir tout le monde dort
 
il faut
marcher la nuit dormir le jour pendant
que le soleil existe apparemment
.
il fait alors ses comptes
 
liquidité veut dire du whisky
une bonne bouteille pis on boira
catastrophiquement cradingue par la suite


182)
 
Le soleil
fait sortir les reflets
roux du pelage de Dominique comme
 
mes bras
toujours couverts de taches de rousseur pâlissants
d’un été lointain
.
je me demande si je ne devrais pas changer
mon fusil d’épaule ou sinon mon stock
de tout bois et puis transformer
ces putains de vignettes en vraie
narration pour raconter quoi voyons ça demain

 
181)
 
Vous Frenchies
n’êtes pas hexadactyles
non plus mais vous préférez bizarrement
 
les dodécasyllabes
nous les décasyllabes malgré notre résistance
au système décimal
.
comme quoi… comme quoi quoi ? histoire de faire du
feu de tout bois quand on écrit
quotidiennement ou un aperçu numérique d’une
pertinence stupéfiante sur la vie des chiffres et
des êtres dits humains ?
 

180)
 
Et maintenant
on en est à
neuf vingts poèmes pour ainsi dire
 
et pour
adopter le vieux système vicésimal français si
peu pratique
.
tu as déjà vu quelqu’un qui compte sur
ses orteils toi ? non ?
je m’en doutais
 
en même temps les Anglais sont pas hexadactyles (généralement)


179)
 
Il paraît
que quoi encore tranchons
nom d’un nom de merde
 
après tout
les apparences peuvent être trompeuses comme on
dit bêtement
.
apparemment en
tout cas mais sait-on
jamais dans ce
monde de vérités alternatives
et d’aveuglement têtu


178)
 
Il paraît
qu’en Italie on
fait pipi au lit (surtout dernièrement)
 
puis on
sait ce qu’on fait en Angleterre

.
que fait-on en Argentine alors ? je vous laisse
imaginer et puis plus généralement en Amérique ?
là aussi
pas
difficile à trouver


177)
 
Il paraît
que Trump n’aime
pas qu’on lui pisse dessus
 
on trouve
enfin un point en commun dis donc
 
.
y en a
sûrement
d’autres mais lesquels ? admirer Milei ?
je ne crois pas bien que j’adore
le massacre à la tronçonneuse


176)
 
Il paraît
que arroser le jardin
avec ses urines est très bien
 
bien mais
essaie d’expliquer ça à certaines
personnes que je ne nommerai pas par sécurité
.
y a toujours les limites aux engagements écolo non
mais
cette copine green qui passait régulièrement
une heure sous une douche chaude à grands coups
de gel notamment


175)
 
Saviez-vous
qu’il existe des
combats de vaches suisses ? au sens
 
propre en
plus ? où en plus les membres
du public mangent littéralement des hot-dogs ?
.
décidément ce pays est beaucoup plus intéressant que prévu
contrairement aux calomnies
d’Orson Welles selon
qui la seule contribution de la Suisse à
la culture mondiale est the cuckoo clock


174)
 
On évacue
un hôpital en brandissant
un drapeau blanc si bien sûr
 
on arrive
toujours à en tenir un puis
mettre un pied devant l’autre si
.
 
 
 
bien sûr on en a toujours et puis
on fait quoi ? patienter…


173)
 
En roulant
aujourd’hui une quantité impressionnante
de road kill de tout genre
 
(sauf évidemment
de conducteurs on a fait exprès
ou quoi c’est possible enfin)
.
y avait après
tout
Carmageddon où on marquait
des point en écrasant des gens
les frustrés se replient-ils sur les bestioles ?
 

172)
 
Le lierre
apparemment est un symptôme
plutôt qu’un problème en soi
 
alors que
la clope est clairement
les deux choses à la fois
.
faut mourir avec quoi comme une copine a dit
la vie est déjà trop longue et déprimante
s’il faut supprimer le tabac autant se flinguer
de suite sans sommation


171)
 
Je rêvasse
les yeux mi ouverts
d’une présence libidineuse réellement rêvée
 
enfin bref
je glandouille quoi alors que quoi
que la vie tournicote 
.
 
 
 
alors qu’on a encore parlé hier du
meilleur cocktail létal en cas d’un Alzheimer débutant


170)
 
Sinon quoi
le gris domine tout
ce qui n’est pas noir
 
quand même
déjà ça tu me diras déjà
fucking ça
.
David Cameron devient ministre des affaires étrangères promu lord
pour ce faire avec dans son CV
le fait d’avoir presque détruit le Royaume
Uni pas mal comme exploit
diplomatique


169)
 
On vient
de virer l’horrible
Suella Braverman elle avait fait quoi ?
 
tiens critiquer
la police pour avoir appliqué la
loi
.
mais pour la remplacer par qui ? comme on dit
sur le Hamas
on détruit un monstre
un autre probablement pire va prendre sa place
macabre
 

168)
 
Et pour
une fois de plus
la pluie rigole et moi avec
 
y a
que ça à faire après tout
couler
.
 
oui
mais doucement et dans tous les sens
y compris le
sixième surtout enfin


167)
 
Quand on
entend tout ce qui
se passe que dit Mireille ben
 
il se
passe quoi que je lui demande
 
.
 
ici que dalle
ou presque une motion qui frôle le zéro absolu
réchauffée par du blanc
et puis du bleu et du gros rouge


166)
 
Et puis
mon nouveau copain commence
à me faire des petits cadeaux
 
une souris
il a l’air déçu
quand je la dévore pas (Fernand s’en chargera)
.
je suis
décidément un ingrat égocentrique (d’autres le confirmeraient)
m’en fous en fait
il faut juste essayer
de rester ingrat et égocentrique de manière socialement acceptable

 
165)
 
Et puis
quid de l’amour
sans point d’interrogation du tout
 
mon nouveau
concubin (Dominique) me lèche
la tronche ou plutôt la râpe longuement
.
drôle de choix (moi) mais ce qui se passe
dans la tête d’un chat est bien plus
insondable que les émotions
canines qui se lisent assez facilement
sur leurs gueules et dans leurs regard philanthropiques


164)
 
On finit
quand même par parler
de la guerre brutale au Soudan
 
ouf de
guerre pas encore lasse apparemment
les média piochent allégrement dans le lot
.
comment choisir
laquelle transformer en jeu vidéo
pour enfant de tout
âge penché
devant son écran pixellement beau


163)
 
Il reste
quand même ce goût
un peu chiant pour les parenthèses
 
chacun son
dada (ouvrons celle-ci sans
raison particulière puis fermons-la itou)
.
 
 
pendant ce temps-là que se
passe-t-il en Arménie apparemment
silence médiatique total


162)
 
Quels peuples
dans ce monde merveilleux
mangent les chats je me demande
 
Wikipédia dit
qu’on bouffe les klebs et/
ou les minous tiens…
.
mis à part chez les suspects habituels (les Asiatiques
(surtout les chrétiens indonésiens ( ?!)))
qu’on en consomme
(mais en parle moins) en Allemagne et puis en
Suisse Orientale – pas très loin d’ici donc)
 

161)
 
Ce matin
un autre petit problème
se pose ouf plutôt oui ouf
 
lunettes noires
ou lunettes de vue pour
écrire cette merde ?
.
qui parlera de quoi les crottes du nouveau chaton
qui agrémentent le salon ? mais
il est
tellement mignon blablabla moins mignon je me sers
des chiottes


160)
 
Pour écrire
ce matin je mets
un imper et un bonnet bleu
 
et roule
à grand-peine mes mains
virent bleues
.
pas possible je rentre trop peur pour ce bel ordi
avec cette pluie balayée par le vent va falloir changer
mes
habitudes arrêter de fumer en écrivant ou écrire sur plastoque
avec un feutre


159)
 
Le soleil
tape aujourd’hui de manière
presque désagréable (jamais content quoi quoique)
 
après un
saut chez Mireille (verre de
blanc à
.
 
tiens
un euro vingt avec
le sourire)


158)
 
Ce matin
de nouveau l’URSSAF
au cul on te lâchera pas
 
mon ex
a clairement raison des fois
 
.
le nouveau coq fait le coq dans son ignorance
du vin rouge qui tache et on parle
déjà
du
choix de l’oie festive


157)
 
En fait
en prose la ponctuation
est une science exacte mais
 
en vers
la preuve d’une imprécision
 
.
putain trêve
de ce blablabla tout
ce que je vois est l’astre filant
d’un avion sur ce ciel d’une couleur
innommable


156)
 
Il pleut
il pleut et il
pleut et il pleut et il
 
flotte sans
arrêt le ciel un
monochrome : visages de gros fumeurs à la morgue
.
la ponctuation fait une petite intrusion pourquoi en fait
ce dégoût apparent de ces signes typologiques pratiques
remplacés légèrement consciemment sonorement par
ces foutus adverbes
longuement léchés comme des … ?


155)
 
Orion disparaît
doucement derrière les nuages
seule la lune reste brillamment laiteuse
 
puis plus
tard le soleil aujourd’hui
reste laiteux lui aussi une lune méridienne
.
ça sonne deux fois douze au clocher de cette
église plutôt moche ordinaire sans attrait ni congrégation sonnant
donc anachroniquement dans ce monde colonisé
par les portables et les montres
des quelques joggeurs néoruraux


154)
 
La lune
était si pleinement belle
hier soir toute seule avec Vénus
 
le soleil
fait la gueule aujourd’hui
mais c’est pas grave du tout
.
le vent envoie valdinguer mes clopes mes sous avec
enfin potentiellement heureusement ouf
pourquoi ce goût prononcé pour les adverbes
alors qu’on les
conchie généralement ?


153)
 
Et non
je vais pas virer
plus gnangnan que ça promis juré
 
j’aime
aussi les bêtes bien
rôties et ma viande saignante
.
y a l’histoire par exemple de DSK (un
jars appelé ainsi car il cherchait
à baiser tout ce qui bougeait dans la basse-
cour chez ma fille la cuistote) qui finit
son existence en forme de rillettes succulentes


152)
 
Puis Sextine
(plafond peint par un
Rital*) et Miss.Tic (la tagueuse)
 
elles sont
mortes écrasées toutes les
deux précisément au même endroit
.
 
 
*allusion au film Mysery
(pas mal)



151)
 
Pas manichéen
pour deux sous moi
(alors que même deux sous seraient
 
carrément bienvenus
ces jours-ci mais
restons connement incorruptible)
.
Fernand (Léger) le troisième chat de la maison possède
un pelage noir et blanc parfait sur un corps
félin
parfait bien qu’il passe sa vie à bouffer
omnivorement


150)
 
Le gris
du ciel suit plutôt
bien avec le pelage de Rafa
 
un autre
chat de la maison
(= Raphaël)
.
puis soudain le soleil perce comme une idée avant
de se faire étouffer encore par cette espèce
de pelage aussi touffu que mon idée l’est
pas bof les idées débiles poétiques autrement-iques
libidineuses courent la rue comme les nuages le ciel
 

149)
 
Le soleil
aujourd’hui (derrière les nuages)
suinte sur un truc plutôt nouveau
 
un exilé
rosbif parisien devenu (provisoirement)
jurassien
.
et puis sur un truc pas nouveau du tout
un des chats de la maison (Dominique (in memoriam
Ingres)) qui faille se faire écraser
devant mes
yeux citadins
 

148)
 
Ça se
répand au Gaza mais
radio silence par rapport aux Arméniens
 
ainsi
vont les priorités journalistiques
évidemment
.
 
 
et
moi ? rien
 


147)
 
Apparemment on
adopte la cocotte-minute
à la cachette chez les cuistots
 
est-ce
qu’on cachait
le feu à l’époque où on venait de le maîtriser ?
.
« je suis pas une machine je peux me tromper »
annonce le journaliste mais selon ChatGBT
ma poésie « peut ne pas être aussi accessible
que
d’autres formes poétiques » merde alors


146)
 
J’aime
écrire dans le train
un exemple supplémentaire de sa supériorité
 
par rapport
à la bagnole
où tu peux plus rien foutre (sauf quand stationnaire)
.
même
si la France devient
décidément
si profonde qu’elle
avale le réseau et moi avec


145)
 
Dernier jour
sur ce canap anciennement
lillois depuis un certain temps parisien
 
un support
pour mon cul
parmi d’autres culs diversement habillés / nus
.
une méga madeleine de Proust en quelque sorte
aussi imbouffable qu’une tête de veau
du beurre de cacahuète de l’horrible
« marmite » mais
également aussi délicieusement douce qu’un aprèm avec toi


144)
 
Ça fait
a gross of poems
concept inconnu en France bien sûr
 
qui ignore
le système duodécimal pourtant
nettement plus pratique que la base dix
.
ignorons au moins
pour l’instant
la polysémie du mot gross bien sûr
pas de cours d’anglais gratose ici
non mais


143)
 
« Ces fragments
que j’ai posés
contre mes ruines comme des étais »
 
c’est
plutôt rare les
allusions poétiques prétentieuses chez moi finalement
.
 
en
voilà
une pourquoi pas j’aime
toujours Eliot


142)
 
Ce soir
des gins tonics bien
mérités la mort bien discréditée quoi
 
m’en
fous du choix
des sports aux olympiques
.
parlons d’autre chose stp
par
exemple tes expériences sexuelles (le sujet
préféré de tout le
monde selon un pote pas évident qu’il avait raison)
 

141)
 
Je merde
encore encore et encore
c’est plus fort que moi
 
le temps
passe comme il
sait si bien faire
.
le temps
semble s’accélérer tout d’un
coup que des choses à faire
à jeter à trier à empaqueter jusqu’aux calendes
britanniques pour rien changer du tout


140)
 
Me voilà
à cet instant fatal
les pieds posés sur le plongeoir
 
la piscine
olympique de l’
avenir devant moi
.
pas de vagues
perceptibles pas de bébés nageurs non plus en
train de chier dans la flotte de mes rêves
calmos quoi


139)
 
On commande
japonais quand même avant
qu’il ne soit trop tard
 
nazes après
une longue journée
de cartons
.
pour la première fois
un
poème à califourchon sur hier et demain donc
écrit maintenant
alors que minuit arrive puis repart


138)
 
Ce soir
en rentrant je passe
devant une tent city bulgare parisienne
 
puis leur
file vingt balles
bêtement
.
avant de frauder dans
le tram impossible de rouler une
 
clope
mes filtres s’envolent systématiquement


137)
 
Le monde
se fout en l’
air on dirait et moi avec
 
c’est
plus fort
que moi je me massacre comme un auto-terroriste
.
un mélange de Poutine de Hamas et de Bibi
oui Bibi c’est
le cas de le dire n’est
ce
pas et sans les Nations Unies


136)
 
C’est
quoi un parisien ? ça
n’existe presque pas en fait
 
un va
et vient
constant mais ça sonne comme une très bonne insulte
.
 
breton
tête de con
on dit aussi puis marseillais je te
pisse à la raie ?


135)
 
Cet aprèm
le retour à Paris
pour préparer un départ définitivement provisoire
 
ou bien
provisoirement définitif
comme on dit en bon connard oulipien prétentieux
.
 
ouais
ceci n’est pas un
vrai poème qui viendrait directement de l’âme


134)
 
Une nuit
de coke et rhum
oui encore une des comme ça
 
on apprend
toujours décidément
l’âge changeant tout à l’affaire
.
 
ce matin
sans gueule de bois aucune conseil d’ami
mangez au moins une vingtaine d’huitres
avant le décollage


133)
 
Après un
poème écrit par téléphone
interposé revenons au bon vieil ordi
 
France Inter
vin blanc
c’est la routine quoi
.
et que dit la routine ? va te faire foutre
par exemple pour commencer ou même reste
te
faire foutre pour changer
voilà ce qu’on peut appeler une bonne
initiative


132)
 
Une journée
de pâtes s’annonce
encore de vin aussi sans doute
 
l’un
seul sans
l’autre serait inconcevable
.
à Gourmandiv’ les bonnes choses s’étalent
comme des putes devant ce quasi sdf affamé
et gourmand autrefois dans une autre vie
à sous
à gogo sans souci aucun trop faim


131)
 
Le sdf
en moi me sourit
encore plus édenté que son double
 
mon bridge
tombé dort
dans un tiroir
.
face aux changements climatiques certains papillons diurnes agrandissent leurs
ailes alors que leurs cousins de nuit deviennent
plus petits chacun
sa porte de sortie alors toi
qui es aussi diurne que nocturne tu fais quoi ?


130)
 
Que faire
alors de ma tête
de l’extérieur de l’intérieur ?
 
après tout
t’as
toujours une mutuelle
.
 
avant
de consulter essayons encore la
poésie l’alcool une
sorte de méditation bricolée maison


129)
 
Ici comme
dans ma vie clairement
le mildiou a fait des ravages
 
grappes vidées
pieds tordus
feuilles noircies
.
son effet
précisément sur moi ?
 
un cuir chevelu
prurigineux


128)
 
Une machine
peut-elle se suffire
à elle-même ? pourquoi pas tiens
 
la vie
est ainsi
 
.
l’amour saurait-il suffire à lui-même ben
évidemment quoiqu’on dise sinon
la poésie lyrique
n’existerait pas ce qui serait
dommage (pas)


127)
 
Là-bas
quelque part d’autre
en somme il se passe quoi
 
chais pas
zut
puis à vrai dire m’en fous un peu
.
autrefois les choses étaient différentes ailleurs à ce qui
est devenu l’étranger pour
moi et mon corps
plutôt naze


126)
 
Non ça
m’arrangera probablement pas
 
tant pis
allons
y un verre un peu tôt pour écrire
.
pour écrire quoi un truc intéressant pour une fois ?
on verra
ça vient ou
ça vient pas dans ce cas
pas


125)
 
J’attends
quoi encore ben remplir
ma panse encore à la campagne
 
juste comme
un
paysan quoi après une dure journée campagnarde
.
alors que moi je regarde ma panse qui commence
à pousser juste comme celle
d’un buveur de Guinness
 
elle là devant moi pour caler mon ordi


124)
 
COVID ou
pas COVID ? sais pas
il est passé en tout cas
 
une vie
un
peu « normale » revient de ce pas
.
du coup les fuchsias bien qu’à moitié cramés
par la pisse du chat semblent aussi beaux
que la vraie vie dans toute sa splendeur putain
ça va mieux quoi
même ce triste tuya me plaît

123)
 
À nouveau
les arbres les vignes
et leurs raisins pourris pas nobles
 
du tout
hélas
sous ce soleil qui crame
.
et je rêve les yeux ouverts sur que dalle
un trou noir qui m’aspire
rien à faire
tout devient laborieux même marcher même boire ce
premier verre de la journée


122)
 
Le désir
renaît comme une intelligence
dite artificielle qui se régénère bêtement
 
comme
un vieux poète punk
.
ou bien comme le foie (si on lui donne
un peu de temps de temps
en temps) ou bien comme la foi
si on en a



121)
 
Le vin
aujourd’hui est blanc et
Alphonse Allais aurait été content donc
 
comme moi
malgré
tout comme moi
.
puis apparemment ChatGPT est incapable d’inventer une forme
nouvelle
cohérente comme ces juliennes par exemple
 
et puis de la respecter tiens comme moi


120)
 
Les mites
se propagent encore comme
seules les mites savent le faire
 
rien donc
à
faire donc
.
alors qu’on dit en français
qu’un truc chouette est mythique alors que
 
ça veut dire
qu’il existe pas


119)
 
Nettoyons un
peu quand même car
les sables d’un Sahara imaginaire
 
recouvrent encore
la
table basse
.
puis
as-tu vu Le Comte  ? Augusto Pinochet
en vampire ? ça me fait penser que sa
meilleure copine anglaise
s’appelait Margaret Thatcher


118)
 
Un rêve
bizarre ou peut-être
pas si bizarre que ça finalement
 
cette nuit
longuement
noire
.
je
suis avec une fille charmante
mais formée
d’un mélange de deux de
mes ex un cocktail plutôt inquiétant


117)
 
Puis quoi
encore ces temps-ci
l’évier se remplit non-stop
 
mais pas
moi
 
.
 
le sol
vire de plus en plus crade
et moi aussi faut
vraiment que je change mes fringues
`
116)
 
J’apprends
que l’ivresse sous
placebo existe scientifiquement très bonne nouvelle
 
je serai
 
probablement obligé d’y avoir recours sous peu
.
mais pendant ce temps soyons un peu sérieux faisons
le peu de boulot qu’on a très sérieusement
 
sinon c’est le vide noir qui se pointe


115)
 
De retour
et la lutte continue
au présent presque sans espoir aucun
 
que faire
 
le suicide c’est hors de question hélas
.
je
suis
pas
fait comme ça apparemment
tant mieux sans doute pour mes proches

114)
 
Allons plus loin
dans
le vide de l’espace-temps il y fait
tellement froid finalement que bon demain je retourne
chez
 
nous
.
 
 
 
 

113)
 
Concrètement à
quoi sert la beauté
et par exemple l’iridescence ?
 
ben pas
 
du tout à ce tu penses
.
pour les papillons leur                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                        
iridescence
fait qu’ils se cachent au grand jour
 
la solitude des beaux en somme
 

112)
 
Rezapons-nous
dans un avenir alors où la mer méditerrané
existe plus
ou peut-être soyons optimistes
elle a été réduite
à un étang glauque
rempli de poissons rouges
.
beaucoup moins de noyés alors
probablement beaucoup plus de tués par d’autres moyens
allez imaginons ensemble
 
entre-bouffés ?

111)
 
Puis revenons
au présent où près
de Lampedusa une femme enfante comme
 
ça dans
 
un bateau ils crèvent tous les deux
.
 
pendant ce temps-là
la mer libyenne regorge de cadavres
frais elle aussi
 
110)
 
Plongeons maintenant dans
un passé inimaginable pour voir ce qui se passe
.
 
 
 
 
 
 

109)
 
Nous sommes
maintenant très très loin dans le futur supposons
que la
vie terrestre existe toujours (elle existera sans doute mais
pas forcément avec nous (heureusement
dirait pas mal de notre
monde))
.
quant
à la vie donc
 
elle continue se propage comme la
MST qu’elle est en fait


108)
 
Tiens voilà
mais c’était évident
j’avais dit
un poème par jour datée juliennement
mais jamais
dit quelle serait la date
.
changeons donc au moins
pour l’instant
 
voici donc un poème écrit
selon l’heure de ma naissance


107)
 
La boxeuse
(y en a marre
de cette anaphore plus ou moins
 
fictionnelle (bref))
 
 
.
 
 
trouvons autre
chose et
vite


106)
 
La boxeuse
finit par rentrer y
a que ça à faire enfin
 
à
l’appart qu’elle partage avec une chatte autre
que celle qui vient d’être bien labourée
.
elle ronronne un peu gentiment
 
savez-vous
que selon la félinologie (ça existe en français ?) les
chats ronronnent juste pour nous et jamais entre eux
 
 
105)
 
La boxeuse
se lève un café
une clope une douche et cetera
 
ce
coach parle et parle comme un con baise bien
mais autrement est d’un chiant non mais
.
c’est la
vie histoire du beurre et son argent
 
 
restons optimiste ça doit exister une bite silencieuse


104)
 
La boxeuse
se lève sans prendre
de douche encore pas la peine
 
cherche
ses gants puis va retrouver son coach au square
où on se tape gentiment dessus
.
les taux d’adrénaline et des endorphines montent et
montent
on rentre
alors se tape violemment longuement fait bien fait
au plume


103)
 
Une nuit
presque blanche et noire
puis le soleil peint le ciel
 
gris/
bleu l’insupportable vie parisienne reprend ses droits disons
de non-cuissage ben oui
.
introduire des guêpes bijou dans la cuisine ? ben non
je suis cruel
mais pas tant que
ça quoiqu’elle crût
ma boxeuse


102)
 
On parle
de la dépression mélancolique
comme la version la plus grave
 
de
ce fléau cette injustice qui te mine toi là
beau belle brillant·e sexy
.
c’est un peu comme être con en fait
 
car
seuls les
connards les vrais se croient vraiment intelligents


101)
 
L’impression
soudain d’avoir au
moins cent et un ans et
 
la
poussière de charbon plein les poumons et le foie
qui va évidemment avec
.
l’amour
dans tout ça ? nulle part
même pas
de porno
aujourd’hui rien que la réalité endettée et édentée


100)
 
Trois heures
passées au téléphone avec
mon fils qui m’a parlé
 
mais
vraiment parlé comme jamais avant alors qu’en Espagne
rien de nouveau
.
une différence de générations
clairement par rapport
au cul maintenant on glisse
si
j’ose dire plus facilement par-ci par-là


99)
 
Attendez-moi
je dois pisser avant
de commencer à écrire ce matin
 
voilà
maintenant adressons le sujet du jour qui sera précisément
quoi ?
.
le rien qui m’entoure, les suicides des profs
en Corée ?
 
ces victimes de harcèlement
méta-scolaire ?


98)
 
Putain quoi
comme je disais souvent
quand je pensais à la poésie
 
un
vrai romantique maquillé en punk quoi tu vois pas ?
 
.
aujourd’hui mon lit semblait plus vide que d’habitude
même avec
moi
dedans comme
un putain de cafard kafkaïen punk quoi


97)
 
Duangrit Bunnag
tient ses promesses habillé
tout en blanc couvert de bouses
 
de
vache pour dire merde au gouvernement thaï de merde
 
.
et toi-même ?
qu’as-tu fait de merdique aujourd’hui ?
mouiller ton éponge préférée
 
aux chiottes ?


96)
 
Je fais
un brin de ménage
mais pas derrière la poubelle pour
 
merde
non-recyclable car la grosse araignée qui y
vit a élargi sa toile à moucherons
.
une question se pose alors : vider ou ne pas
vider cette poubelle pour merde non-recyclable car
elle attire évidemment les moucherons et donc les
repas de ma squatteuse ?
sans réponse pour le moment


 
95)
 
Je me
réveille avec un poème
de toi apparemment tu voudrais bien
 
me
consacrer quelques minutes de ton temps autour d’un
café pourquoi pas tiens faut de mieux
.
je me lève les yeux deux papillons de nuit
ont décidé de passer la nuit
 
auprès de moi pourquoi pas tiens faut de mieux
ils peuvent y a plus de lépidophobe ici


94)
 
Je vis
actuellement sans arachnophobe ah
que oui donc avec des araignées
 
à
nouveau elles me manquaient y en deux là
qui rendent ma cuisine moins crade
.
regarde la toile élégante tissée là
derrière la poubelle
puis l’autre qui
ourdit une vie au coin au-dessus du
frigo


93)
 
Deux non
trois nouveaux bébés alors
dans mon petit monde de mec
 
obtus
de père grand-père poète un klebs truffier
une petite-fille une forme poétique
.
 
 
qui se met à
respirer sous mes doigts insistants : des ‘Petits Forestiers’


92)
 
Arrête de
pleurer sur ton sort
nom de ceci est pas une
 
pipe
non même pas un peu de soulagement psychique /
psychique de la sorte
.
que dalle depuis un moment et ta cuisse gauche
commence
à être un souvenir qui s’efface
alors que la crade dans l’évier s’
impose


91)
 
Le soleil
aujourd’hui illumine plutôt joliment
la table basse couverte encore plutôt
 
magiquement
d’une fine couche de sable on dirait
et de tabac
.
il y a de quoi tout simplement désespérer mais
non en l’occurrence tu
t’en fous allez fous tout ça dans
le cendar
et basta


90)
 
Paris ah !
n’oublions pas ses
cafards quand même littéralement et puis
 
figurativement
aussi bien sûr eux ils survivront à la
guerre nucléaire
.
cette guerre que le cafard russe mijote éventuellement
n’imaginant pas du tout comme le grand
enfant qu’il est un monde sans
lui et sa maman
« officielle »


89)
 
Paris ah !
Paris outragé Paris martyrisé
par lui-même comme un con
 
et
moi qu’est-ce que je fous là
précisément ?
.
pendant mon absence les moucherons se sont multipliés comme
des poulbots d’antan mais maintenant
y a pratiquement plus que des klebs des goélands
qui grouillent même les rats crèvent
quasiment tous


88)
 
Dernier jour
(pour l’instant) ici
sous ce soleil devant cet arbre
 
tristement
vert juste campé là comme un sdf martien
 
.
la campagne dans toute sa bruyante splendeur qui énerve
les néoruraux qui virent plus cons dans
de leur
nouvelle vie que
dans un appart parigot


87)
 
Aujourd’hui apparemment
c’est le tour
de l’Inde de vouloir alunir
 
après
que les Russes ont merdouillé encore une fois
 
.
 
 
apparemment
ce régime dépasse
les Soviétiques en nullité totale


86)
 
Quand tout
ça va-t-il
s’arrêter enfin ? n’en sais
 
que
dalle ben sûr ça valait le détour
c’est clair mais maintenant ? moins évident bref
.
le rosé va et vient la bouffe aussi en
quantités très variables selon le jour
ou la nuit de compagnie de solitude :
les araignées du soir


85)
 
Ce matin
un soleil de plomb
sur ma tendre peau celto-british
 
ma
petite tête penseuse sous un bob ‘Tour
de France’ (un comble) à pois rouges
.
suis-je vraiment le meilleur grimpeur ? les avis diffèrent
clairement pas de micro-trottoir aujourd’hui
juste un mélange de souvenirs d’ascensions de descentes
tout genre
donnant j’ose espérer une moyenne plutôt pas mal

 
84)
 
Ce soir
mes doutes s’évaporent
comme la sueur dans mes cheveux
 
après
une sieste remplie de bidoche grillée
de polenta de haricots verts de vin
.
mon ordi
chauffe mon entre-jambes familier alors que
j’écris
dans
ce vide sans toi

 
83)
 
Aujourd’hui tu
m’apprends le mot
autogynéphilie puis mon ex ajoute une
 
louche
en me disant que son copain JF
se voit comme ‘homme lesbien’
.
je me vois alors comment dans tout ce bordel ?
piloté par ma bite sûrement pas (enfin plutôt rarement)
alors la troquer contre un vagin ?
j’adore les femmes leurs corps
mais en avoir un ?


82)
 
Aujourd’hui on
cherche finalement à taxer
les rots de vache pourquoi pas
 
les
pets de buveurs de Guinness surtout après
un poulet vindaloo riz basmati ?
.
mais on
entre dans l’Anthropocène
apparemment
faut pas rêver la question se pose
alors aller chez Colruyt acheter des canettes à azote ?

 
81)
 
On médite
aujourd’hui sans soleil sur
les meufs la cuisine la bouffe
 
cette
étrange rivalité qui perdure depuis des siècles
jusqu’à nous
.
qui fait la meilleure tarte aux mirabelles ? les grincements
gentils de dents quand on se sent dépassé
ah tu as trouvé
la recette où ? pour la pâte c’est un
secret que je dois jamais divulguer


80)
 
Alors qu’
Orion orbite la lune
moi j’orbite moi-même sans
 
but
apparent sauf ben sûr tout bêtement simplement
connement survivre
.
en quoi consiste la survie on peut se demander
c’est la lutte pas (encore)
finale mais continue tout simplement :
éviter la dépression des gens tranquilles


79)
 
Les clôtures
parlent de ceux qui
se trouvent derrière me dit mon
 
ex
alors qu’on roule entre ces maisons
jurassiennes
.
plus ou moins des barricades excluantes plus ou moins
laissant voir
la belle
vie supposée derrière plus ou moins
inexistantes tristes métalliques en miettes


78)
 
Aujourd’hui pour
changer on parle éponges
avec mon ex et comment elles
 
illustrent
parfaitement la différence entre maniaque et non
maniaque
.
une éponge
universelle pour certains
cinquante numérotées pour d’autres avec
comme résultat l’impossibilité
d’une vie commune


77)
 
Le soleil
aujourd’hui fait pousser mes
taches de rousseau comme des champis
 
magiques
alors qu’ici on cause plutôt
girolles trompettes de la mort pleurotes pieds-de-mouton
.
n’ai rien contre moi au contraire mon estomac
de rosbif parigot gargouille à ces mots
 
malgré ce qu’
on dise sur mes compatriotes crétins

 
76)
 
Cet aprèm
les corneilles gueulent comme
les vieilles putes ayant trop clopé
 
puis
le silence retombe la nature semble
presque s’ennuyer comme une belle devant la télé
.
un film
qui lui est familier
un amour déjà vécu
cent
fois


75)
 
On arrive
à soixante-quinze et
chuis plus à Paname justement mais
 
ailleurs
dans la France plus profonde que
ça tu rêves les guêpes partagent mon rosé
.
le ciel
est nettement plus bleu
que
les yeux d’une pute photoshoppée :
les ailes d’un argus bleu

 
74)
 
Encore une
nuit d’insomnie sans
savoir faire de soi pour que
 
ça
s’arrête ou plutôt que ça
déclenche encore le monde des rêves
.
cette nuit par exemple au lieu de transpirer par
rapport à mes dettes nombreuses et plutôt abyssales (pour
citer l’assistante sociale)
je voyais ta
cuisse gauche posée sur moi

 
73)
 
Alors que
tu baises comme tu
dis avec ton virus moi je
 
glandouille
à Paris en regardant par la
fenêtre grise en roulant des clopes
.
 
 
plus de soleil donc juste cette grisaille vague
si typique de la
plus belle ville du monde putain

 
72)
 
La lutte
pour avec et surtout
sans le sous continue ce matin
 
malgré
ce beau soleil qui semble caresser
ma peau comme toi
.
refuse la déprime putain de dieu t’es beau
et génial toi tout le monde
le dit enfin presque tout le
monde l’avis des autres t’est complètement égal


71)
 
Vais-je
vider le cendrier enfin
où gisent tes mégots d’indus ?
 
décidément
je vire un peu chtarbé une nouvelle
fois ça vous regarde ?
.
plus tard
sans doute quand il se met à déborder grave
sur ce canapé
déjà suffisamment bien taché de cendres
parmi tant d’autres choses (sans précision)

 
70)
 
Alors je
fume ou fume pas
cette cigarette que tu as laissée ?
 
pas
encore je pense peut-être plus
tard au plume
.
puis il faudra
que je m’endorme sans que tu
sois dans mes bras brrr
j’ai presque l’impression d’avoir froid dans
mon beau pull en coton vert sans chaussettes

 
69)
 
Aujourd’hui je
vois d’autres mégots
dans mon cendrier ça me change
 
la
vie quoi et pas qu’un
peu
.
mais le sommeil me fuit
comme la vierge Marie poursuivie par
quatre cents mecs tous en train de
bander comme quatre cents mecs en train
de bander quoi

 
68)
 
Aujourd’hui le
soleil pourrait très bien
arriver par blablacar tout à l’
 
heure
de Brussel comme on dit en
néerlandais
.
 
pendant ce temps-là
les
moucherons envahissent la cuisine de
manière impressionnante que faire n’en sais foutre rien


67)
 
Ça m’
énerve encore et toujours
quand on fait le distinguo entre
 
les
êtres humains et les animaux
comme si on parlait d’arbres et de rochers
.
alors que le même sang froid coule dans les
veines des tueurs de la planète que
dans le pire des serpents vénéneux
qui vient juste te mordre là où
ça fait presque pas mal ton talon


66)
 
Une question
se pose : en me
relisant je me rends compte
 
que
j’ai sauté un nombre (66)
que faire alors ?
.
décision radicale
au lieu de tout renuméroter
je vais tricher
voici donc une julienne
qui n’en est pas une


65)
 
Une nuit
passée à penser à
autre chose à ce pote canadien
 
qui
s’est laissé crever et
que j’adorais et qui m’adorait clairement aussi
.
 
que
dire quand un mec aussi brillant se
 
laisse mourir juste comme ça ?


64)
 
Cette nuit
j’ai encore loupé putain
mon contrat avec moi-même pas
 
étonnant
alors que les huissiers toqueront
bientôt à ma porte blindée complètement inutilement
.
je pense que je pense
trop à ton corps là maintenant une main
là où tu penses et l’autre oui
l’autre levant un verre de pastaga puis
mentalement glissant deux/trois droits justement là


63)
 
Ce soir
plus de sperme à
perdre je pense c’est évident
 
tu
es quoi maintenant pour moi
un truc au monde qui m’intéresse
.
même là loin où
tu te trouves qui regardes aussi cette
 
pluie qui tombe
sans cesse sur nos villes divisibles 


62)
 
Ce matin
j’apprends quelque chose
de crucial tu t’es caressée
 
en
pensant à moi putain plus
romantique que ça tu crèves
.
et moi maintenant que faire de mon corps de
mon temps et cetera à part suivre bêtement ce
 
match de cricket sur la
radio les yeux fermés

 
61)
 
Je suis
en temps normal totalement
pour la parité mais pour le
 
foot ?
putain ça fait chier tu
vois le fucking résultat ?
.
ben on cause foot deux fois plus à la
BBC alors qu’avant ça me gonflait
 
assez comprends pas l’attrait
de ce sport médiocre et si souvent chiant


60)
 
Mais que
faire de ma vie
aussi bordélique que Pigalle avant
 
que
internet ne supprime les bons
vieux bars à putes ?
.
chais pas
non
 
 
vraiment aucune idée


59)
 
Je viens
de comprendre quoi faire
avec les cafards dans la cuisine
 
ben
les bouffer évidemment chuis con
quelques fois
.
probablement pas idéal pour un repas sexy et romantique
avec toi pas encore en tout cas mais avec
les économies ainsi faites je pourrais nous payer une
bouteille
de Château Margaux


58)
 
Fucking hell
ça commence à devenir
une putain d’habitude louper mon contrat
 
mais
là c’est parce que
je bande
.
subitement totalement pour toi suite
à ce
que
tu viens de me dire oh
fucking hell


57)
 
Ce matin
alors ça reprend comme
normalement prévu autrement dit comme un
 
bordel
dans ma tête foutrement vaseuse
 
.
je me demande pourquoi je n’ai pas profité
plus de ta présence physique si brève
afin d’
explorer la texture sans doute doucement noire
d’une autre entrée à ton corps si sonore


56)
 
Putain encore
ce contrat brisé alors
que les heures deviennent les semaines
 
et
on parle de Barbie encore ?
 
.
à la BBC encore qui
m’apprend que cette chose est en fait féministe
sur le fond
ah bon ?

 
55)
 
Cet aprèm
me donne vaguement envie
de jouir dans le vide sidéral
 
qui
sépare moi de ton
corps de mes souvenirs de toi parmi d’autres
.
 
un site porno alors bof comment rencarder une asiatique ?
selon la
BBC dans un
cours de maths


54)
 
Ce matin
je découvre non seulement
que je suis vaseusement passionné encore
 
mais
en plus que j’
ai un huissier qui renifle mes fesses
.
pour la première fois c’est émouvant je
me demande en
me levant les yeux si je
regarde
sans la regarder ma téloche pour la dernière fois


53)
 
Ouf pas
encore minuit Tony Benn
vient de clamser Jane B hier
 
ben
comme j’ai dit
à une toute nouvelle copine lesbienne 
.
toi ton meilleur pote
vient
de foutre en cloque sa meuf
moi mes potes meurent histoire
de génération

 
52)
 
Les choses
reprennent leur cours normal
leur service aussi et contrairement aux
 
notaires
tes seins m’empêchent
pas d’écrire ah non
.
et plus exactement le souvenir doux et tactile
de tes tétons
sous ton t-shirt et mes
doigts reconstitué visuellement cette nuit


51)
 
Ah fuck
il est minuit passé
et j’ai brisé mon contrat
 
à
moi-même tant pis
y aura deux poèmes aujourd’hui
.
la banque me faisait chier
puis
un notaire de mes deux aussi (question : non mais
sérieux qui voudrait vraiment devenir
notaire ? incroyable putain)


50)
 
Simplement dit
je ne sais plus
quoi faire de mon corps divorcé
 

de toi et tes
seins ta voix
.
qui peut être retrouvée fugitivement sur le web mais
pas tes seins bien sûr (thank god) la BBC
parle ce matin des gens qui créent des images
pédos en contournant les freins des progs IA
une bonne nouvelle car plus de vrais enfants exploités ?


49)
 
Je reprends
plutôt joyeusement l’habitude
de vivre dans une vraie porcherie
 
enfin
ayant subi trop longtemps
une maniaque
.
les cadavres s’accumulent comme des cadavres ou plutôt
comme des madeleines dans la cuisine où la gazinière
ressemble
à une vraie gazinière c’est à
dire crade comme un vrai livre de recettes


48)
 
De retour
le cœur la peau
plutôt chavirés encore encore une fois
 
voyons
voir où ça nous
amène
.
surtout si ça nous amène ailleurs que ce moment
en suspens ce moment d’une frustration
géographique tellement et surtout bizarrement agréablement douce
pour une
fois pas coutume ça va où ça ?


47)
 
De retour
à Paris où je
découvre un monde fou
 
devant les guichets du
métro
.
 
et puis quasiment plus personne dans les rames
c’est Paris
en été quoi cette
espèce de vide artificiellement rempli


46)
 
La chaleur
remonte l’escalier pour
aller se coucher dans le vide
 
alors
que le vide
se remplit de lointains échos d’une autre époque
.
échos de quoi ? tu me demandes ben un peu
comme pour nous tous
j’imagine des cris de colère
de joie de jouissance
folle


45)
 
Ici-même
à Bourges je ne
dors pas assez c’est clair
 
mais
tire sur mes
réserves d’adrénaline de vieux mec potentiellement amoureux
.
littéralement pas encore et je n’œuvre absolument pas
 
dans ce sens ce qui serait débile
déjà
assez donné pour cet instant provisoire


44)
 
Peut-être
en fait sinon pas
du tout oui c’est selon
 
la
météo et la
puanteur toujours grandissante de Paris des Parisiens
.
ça fait des années maintenant qu’ils ont transformé
les bains douches en boîte de
nuit
suintante de sueur et pas que alors
que les Parigots et Parigotes en ont foutrement besoin


43)
 
Oui ça
change drôlement quand même
quand on pense à l’amour
 
pour
prendre un exemple
pas plus bête qu’un autre
.
on va continuer sur cette lancée ou pas alors ?
 
pourquoi pas
généralement les gens adorent les histoires de
cul

 
42)
 
Non ça
ne change pas tant
que ça la vie on dirait
 
non
ça reste coincé
comme une vieille bonne sœur
.
et plus la mort s’approche plus elle coule
la vie non-stop
comme un court fleuve turbulent dans
lequel on
se noie comme un gros poisson pané


41)
 
Peut-être
que la vie changera
demain juste comme l’année dernière
 
plutôt
pas comme ça
t’es pas maso
.
pas trop mon truc en fait enfin si mais
allez doucement avec ta pression sur mes tétons
mes neurones
juste ce qu’il
faut pour que je jouisse


40)
 
Ça continue
comme ça peut comme
la vie le temps ta merde
 
qui
bouchonne les chiottes
à force enfin bref
.
 
quoi dire d’autre alors que le soleil
fait cuire encore Paris et la pluie tombe et
tombe en Angleterre comme un cliché ambulant coupant le
cricket


39)
 
Fuck off
and die comme on
dit dans la langue de Cheikh
 
Zoubir donc pas
en Arabe
.
savez-
vous qu’
on a tout
expliqué dans le coran y compris
l’évolution la relativité puis allah sait quoi encore ?


38)
 
Je viens
de croiser une fille
tête baissée dans la rue mais
 
qui
lisait un livre
sans téléphone
.
 
elle
promenait son chien en même temps mais personne
n’est parfait sa blondeur était
ouais émouvante


37)
 
Le woke
semble encore moins clair
aujourd’hui que la partie républicaine américaine
 
si
cela était seulement
possible
.
que faire avec ça ?
rien comme d’hab je suppose
tu regardes
YouTube comme un con comme tout le monde
ou presque sauf ceux qui matent de pires conneries


36)
 
Le rosé
est donc parisien aujourd’hui
comme le soleil et les goélands
 
ça
crame ça gueule
.

comment dire ?
mon désir revient tout un coup
comme un vieil ennemi on dirait
oui c’est
ça vraiment pas comme une vieille copine


35)
 
Le train
encore pour Paris hélas
alors que j’aime Paris merde
 
pourquoi
ce désir
subit de glander à la campagne comme un con ?
.
chais pas
m’en fout d’ailleurs pourquoi
analyser ses états d’âme hein ?
ça intéresse
vraiment personne même pas moi


34)
 
Et puis
pendant ce temps-là
on empoisonne le roi des Zoulous
 
que
faire de
ce déluge d’informations plus ou moins utiles ?
.
 
ici le soleil fait
scintiller les
feuilles
d’un laurier tout bêtement


33)
 
Pas eu
de débordements aujourd’hui pas
ici en tout cas où on
 
se
la coule
douce amère dans cette verdure moite
.
y a eu toutes les chances d’évoluer dans
cette société
selon le maire de Cholet dont on a
cramé la baraque l’équipe de foot hexagonale
appelle au calme ouf

 
32)
 
On casse
tout à Paris pendant
ce temps-là selon la radio
 
vrai ?
je verrai
pour moi-même la semaine prochaine
.
 
 
si c’est pas fini
d’ici là ce qui serait un
soulagement et une déception


31)
 
Enfin alors
être ici-même où
on m’aime pas passionnément
 
certes
mais sans
peur aucune d’une quelconque violence
.
ça me
va aujourd’hui
avant je suppose que je me relance dans
la
mer d’amour sa passion et sa violence potentielle


30)
 
Enfin hors
de la vie parisienne
pour quelques jours de répit absolu
 
putain
j’en
avais un besoin fou
.
entouré de la
coriandre de la menthe et cetera
en pots ça bat de
plate couture ces petits avortons de Lilo
chez moi avant que tu les balances


29)
 
On va
où donc n’en
sais rien à ce moment précis
 
les
jours arrivent
ils passent
.
c’est une sorte de monotonie stressante chiante donc
j’ai
tout simplement pas l’habitude de ce genre
de
merde


28)
 
J’essaie
donc petit à petit
de cramer le passé tout simplement
 
comme
sur un
bûcher
.
je n’arriverai sûrement pas
tant pis
 
essayons quand
même

 
27)
 
Pour la
première fois je viens
de cramer une photo de qui
 
de
 
nous évidemment
.
drôle d’effet elle se
consomme
presque entièrement en formant des espèces
de bulles ou plutôt des alvéoles puis
plus rien


26)
 
En Corée
du nord il semble
qu’on peut même plus « penser »
 
hors
des sentiers
.
alors qu’
en
Russie y a peut-
être une guerre civile qui s’éclate
chouette


25)
 
Et puis
quoi encore quoi mettre
dans ce vide qui s’étale
 
vers
l’
infini ? qu’est-ce qu’on rien à foutre
.
moi j’attends
que
Zuckerberg et Elon se tapent sur
leurs gueules respectives
comme mon ex a cogné la mienne


24)
 
Merde alors
encore un poème à
commencer avec un survivant d’un
 
accident
qui
croit que dieu a choisi de le sauver
.
mais putain
il se prend
pour qui lui ? supposons
que dieu existe pourquoi ce con
et pas un autre parmi tous ces morts ?

 
23)
 
J’allais
dire que foutre sur
le trottoir cet anneau volé puis
 
offert
par
toi m’a fait foutrement du bien
.
mais
tiens parlons d’autre chose
encore
par exemple le cricket bien qu’on soit en
France


22)
 
J’allais
parler d’autre chose
ce matin mais la radio cause
 
de
vidéos
où on torture des singes
.
c’est un marché très lucratif en Indonésie apparemment
dans lequel on entre
d’abord grâce à YouTube
avant de trouver les versions plus hardcore
avec « bébé mimi » martyrisée dans sa cage


21)
 
Je me
débarrasse de plus en
plus de toi par exemple en
 
mettant
cette
plante sur le trottoir
.
celle que tu m’as laissée en me disant
qu’elle était quasiment increvable mais sans préciser
qu’elle était
une chaîne des cœurs non mais sérieux ?
je suis athée mais la magie noire ?

20)
 
Selon la
radio ce matin l’
industrie du sexe au Japon devient
 
de
plus
en plus brutalement bizarre
.
 
surtout à cause du chikan ou tripotage
des meufs dans le métro
(généralement) me dit
rien

 
19)
 
Je crois
que je sais plus
où je vais ni pourquoi putain
 
de
merde
de mes
.
et cætera remplis les blancs toi-même je t’
en prie fais comme chez toi
je n’en ai plus maintenant à
vrai
dire mais commence à reprendre cette habitude vertigineuse


18)
 
Aujourd’hui on
cause cul et notamment
les beaux mecs à poil sur
 
le
grand
écran
.
il en manque cruellement c’est clair alors que
 
les meufs moyennes nues
 
sont tristement omniprésentes


17)
 
On me
cause aujourd’hui du désir
des français d’avoir un pavillon
 
jardin
avec
 
.
moi j’ai toujours dit un jardin je veux
bien si
je suis assez friqué pour payer le jardinier
qui va avec puis proprio de
baraque merdique déjà donné plus jamais ça

 
16)
 
J’aurais
cru que si un
lave-vaisselle ne noyait pas ces
 
putains
 
de cafards le micro-ondes les cramerait pas toi ?
.
et ben non c’est
tout connement incroyable
y en a
un qui vient de sortir vivant dans mes pâtes


15)
 
C’est
quoi la poésie ? encore
cette question débile qui me taraude
 
merde
 
alors qu’en principe je suis assez grand
.
comme mec au moins bref cette question me fait
chier encore depuis que j’ai lu
la merde gravée par la NASA sur un
vaisseau spatial qui voyage prosaïquement vers Europa


14)
 
La clope
râpe dur aujourd’hui comme
une conne qui masse comme une
 
conne
 
quoi dont les doigts sont faits de papier émeri
.
 
et puis quoi
encore et encore ? les jours se
suivent comme
une bande de connards leur boss


13)
 
La zique
est molle ce matin
la radio s’amuse toute seule
 
bêtement
 
alors que je comptais sur elle
.
tout fout le camp dans ce putain de pays
décidément enfin c’est vrai on vient pas
en France pour sa musique l’électro
peut-être mais le reste ? tu rigoles
ou quoi ? même la bouffe bof


12)
 
Le vin
est rosé ce matin
malgré Alphonse Allais et sa sagesse
 
légendaire
 
et la nicotine est belle
.
comme toi tu le semblais pendant un certain temps
de presbytie de la cinquantaine
sans lunettes
dans
l’aveuglement de tes yeux olive, amandés, délirants


11)
 
La radio
parle depuis mon ordi
de choses de massacres de bébés
 
poignardés
 
pour Jésus pas Allah
.
on n’arrête pas le regrès pour ainsi dire
ce mec-là a-t-il demandé aux petits mômes
de tendre
l’autre joue rebondie et rose comme
un chamallow ?


10)
 
Les gens
courent chez le boulanger
pour s’empiffrer sous ce soleil
 
cru
 
et si effrayant
.
alors que le chocolat commence à fondre il prend
du coup un goût poisseux
voyons voir
mes poches
restent vides sauf pour mes clés


9)
 
Ensuite passons
sous silence au moins
pour le moment les w.-c.
 
oui
 
carrément oui
.
je fais au mieux déjà pour repousser ou plutôt
ramasser ces vagues de poussière qui arrivent non-stop
pour une raison mystérieuse
comme si j’habitais plutôt
le Sahara ou le Gobi et pas le 12e


8)
 
Et pour
la salle de bain
n’en parlons même pas ben
 
non
 
aucunement
.
pas grave je m’en sers presque pas plus
de douche pour les raisons
écologiques disons planétaires quoi et donc altruistes
 
c’est vrai


7)
 
Et puis
sous le porte-manteau
y a des larves qui grouillent
 
mollement
 
intensément
.
 
 
que faire les laisser vivre
pour voir ce que
ça donnera une fois adultes ?


6)
 
Merci de
laisser la porte ouverte
en partant et puis casse toi
 
loin
 
 
.
 
 
puis dans la cuisine les cafards sortent du lave-
vaisselle
nickel chrome et chauds


5)
 
Aujourd’hui on
cause non-stop du
soleil et comme ça craint trop
 
 
alors que dans ma tête ça drache dru vite
et dans mes poumons c’est le smog
.
changeons de sujet alors non merde allez c’est
open bar un martini gin d’amour alors
pour moi et toi bon
tu conduis ok je vois


4)
 
De retour
les arbres parisiens dansent
dans cette lumière bleue comme gin
 
 
pendant ce temps-là les pâtes m’attendent après
ces chinoiseries sublimes cuites par une chinoise sublime
.
on voyage donc
sans trop bouger son
cul en fait
tant mieux quand t’es un vieux con


3)
 
Purée ici
les oiseaux chantent ça
change et la prairie s’étend
 
 
loin de Reuil de Paris de toi ouais ça
change et c’est tant mieux
.
c’est un merle qui chante là un maître
non-wagnérien heureusement alors que mon verre de Quincy
glisse dans ma gorge non-wagnérienne putain
 
on bouffe quand ?


2)
 
Et puis
tu racontes quoi toi ?
 
 
ah bon ? tout ça ? même pas tes conneries habituelles ?
ok t’es autrement prise clairement
.
mais
par qui dans ta tête et puis ailleurs voilà
ce que je me demande assis devant mon ordi
ou bien derrière je ne sais jamais moi
voilà ce qui arrive aux vieux cons étrangers
 
 
1)
 
Un début
bien sûr qui donnera
ce qu’il donne que dalle ?
 
pendant ce temps-là la vie dehors s’étouffe
comme le dernier des asthmatiques
.
quoi faire
 
quoi faire
chercher une raison parmi
toutes ces vies dehors qui courent vers quoi faire ?